Miroir

Je suis libre de faire                                               Ils sont libres de faire
Comme le grand volcan                                        Comme les moutons inquiets
De cracher ma colère                                           Suivre au diable vauvert
Une fois de temps en temps                                 Le chemin de l’ivraie
Comment peut-on survivre                                    Mais comment concevoir
A l’angoisse, au tourment                                      Un futur avarié
Ne pas vouloir en rire                                             En perdant la mémoire
Serait plus inquiétant                                              Des horreurs du passé

Car de quoi j’aurais l’air                                          Et de quoi ont-t-ils l’air ?
Triste devant ma glace                                           Teigneux devant la glace
La gueule patibulaire                                               En regardant derrière
Sans me faire de grimaces                                    Quand l’histoire leur fait face
La vie, c’est pas sérieux                                         Faut se méfier de ceux
Elle est courte, à quoi bon                                      Bardés de certitudes
Jacques a dit, c’est un jeu                                      Tous ces fieffés haineux
Il faut fuir la gravité des cons                                  Qui fachisent et rêvent de dictature

Tu es libre de faire                                                   Nous sommes libres de faire
Comme ce petit félin                                               Comme le grand manitou
De te donner des airs                                              De prédire que sur terre
Et jouer au plus malin                                              L’humain joue son va-tout
Pourquoi ne pas choisir                                          Que dire, c’est un mystère
Une vie de bohème                                                  Dans le règne animal
Que de devoir subir                                                 Plus violent, plus pervers
Les affres du système                                             L’homme blanc n’a pas d’égal

Et quand est -il de toi ?                                            Mais donc qu’il se regarde
Es-tu toujours heureux ?                                         Nu devant sa glace
Sourire devant ta glace                                            Sans son fric et ses armes
Cela te rassure un peu ?                                         Que sa gueule bien en face
Ce monde est dangereux                                        Qu’adviendra t-il de lui ?
Avoir l’outrecuidance                                               Il est sur sa branche assis
De s’en moquer un peu                                           Il ne pense qu’à lui
C’est se dire que tout va pour le mieux               Et il frime en jouant de la scie

Quand est-il de celui
Tout seul devant sa glace ?
Le pouvoir lui suffit
Son reflet lui fait face
S’il reste riche et ingrat
Dans son indifférence
Egoïste et bien gras
Il crèvera de toute cette opulence


Téachel – mars 2017