Extraits audio

La démocratie du comptoir

 = Chansons plus d’apéro que d’opéra =

Le comptoir, c’est celui de Carmet en escapade pendant trois jours, incognito ou celui de Gourio à l’affût des «brèves» parmi les piliers de bistrot. Ce lieu de rencontres et d’échanges, de convivialité et de chaleur humaine, d’entre-aide et de débrouille, d’errance et de déchéance quelques fois, de culture populaire, est souvent source d’inspiration. Il est des instants dans un bar où momentanément, il n’y a plus de différences, plus de classes ; c’est la démocratie du comptoir. Cette expression insolite est le titre de l’une des chansons réalistes écrites sur le zinc des bars, ou dans d’autres lieux de passage, au hasard des pérégrinations de Téachel, auteur/compositeur et chanteur du groupe. Spleen parisien , nostalgies d’une enfance campagnarde, frasques d’adolescent attardé, notes de voyage, hymnes à la nature, sujets brûlants d’actualité, délires utopiques, humour caustique, on passe de l’ambiance du Gabès, péniche-boîte de nuit en plein Paris, à celle de Brute de comptoir, dans un rade de village de Meuse, pour arriver à Ostende au bout de la jetée, où Y’a de la bière partout.

                                                   Album disponible
                                   voir rubrique *Autour du comptoir*

Brute de comptoir ……………
Belgitude ………………………..
Rue Cabanis …………………..
Chanson loup-phoque ……
Paris merde …………………..
Les carreaux marguerite ..
Le Gabès ………………………
L’Anglais ……………………….
Y’a de la bière partout ……
La démocratie du comptoir..
Gadjo ……………………………
Au soleil du bonheur ………
Article X …………………………
La bringue ……………………..
Météo merdique ……………..